Voyage en terre malgache - carnet de voyage à Madagascar
logo

13 Avril : d'Antananarivo à Antsirabe

Le grand départ était prévu à 8h, mais avec les excès de la veille nous ne réussissons à nous lever qu'à 11h ! Notre chauffeur, Nirina nous prend à l'hôtel avec le véhicule que nous avons loué. Après avoir fait le plein de carburant, nous quittons la capitale par le Sud empruntant la RN7, une des rares routes goudronnées de Madagascar, direction Antsirabe. Rapidement le paysage change. Collines et rizières font leur apparition, parsemées de hameaux aux maisons aux murs de briques rouges et aux toits de chaume. La région des Hautes Terres, hauts plateaux du centre de l'île aux paysages verdoyants ne manquent pas de séduire le visiteur. Les habitants, "ceux qui habitent les hauteurs" ou Merina, sont d'excellents agriculteurs. Leur grande expérience du travail de la terre et de l'irrigation en font de véritables spécialistes de la culture du riz en terrasse. D'origine malaise, les merinas forment une ethnie majoritaire du pays. Leur langue est à la base de la langue malgache actuelle et officielle.

Maison traditionnelle merina, Hautes Terres Enfants le long de la route aux alentours d'Ambatolampy
Maison traditionnelle Merina, Hautes Terres Enfants le long de la route
aux alentours d'Ambatolampy


Dans les hautes terres, les saisons sont contrastées et l'altitude varie entre 1200 et 1600 mètres ce qui limite les excès du climat. A cette période de l'année, les températures sont particulièrement douces. Au fur et à mesure que nous progressons en pays merina, les vendeurs d'artisanat postés au bord de la route se font plus nombreux. Ils proposent nombre d'articles colorés parmi lequels des voitures et avions miniatures fabriqués à partir de matériaux de récupération (boites de conserve, canettes et autres bombes aérosols), des baobabs et animaux en raphia peint, des paniers et sacs en vannerie, … Une échoppe un peu particulière attire notre attention. Il s'agit d'un fabricant de statues en plâtre. Vendeur de statues et décorations pour les églisesL'artisan nous explique que sa production est essentiellement destinée aux églises de la région. Nous regardons avec amusement ces bondieuseries quand une ribambelle d'enfants nous rejoint et nous entoure de rires. Les églises et les temples sont nombreux dans cette partie de l'île. Héritage de la colonisation, la religion chrétienne fortement pratiquée n'a pas pour autant remplacé les croyances malgaches. Le culte des ancêtres reste un des piliers de la société malgache. Les rites funéraires sont importants et complexes, et sont associés aux tombeaux familiaux que l'on peut voir un peu partout.

Eglise et tombeaux merina
Eglise et tombeaux merina


En début d'après-midi, nous faisons une pause déjeuner au restaurant le "Rendez-vous des pêcheurs" dans la petite ville d'Ambatolampy à 70 km au Sud de Tananarive. Au menu, de délicieuses écrevisses, spécialités de la région ! Nous reprenons la route après avoir rendu visite aux fabricants de marmites en aluminium, autre spécialité de la ville.

La RN7 traverse l'immense plaine rizicole d'Ambohibary. Impatients de faire nos premières rencontres dans la nature nous faisons une halte dans une vaste prairie. A peine avons nous fait quelques pas au milieu des graminées que nous tombons nez-à-nez avec une araignée splendide. Il en existe 400 espèces différentes sur l'île. Nous n'avons pas trouvé le nom de celle-ci mais pensons qu'elle appartient au genre Nephila. Si par bonheur vous l'identifiez, n'hésitez pas à répondre à ce billet.

Araignée du genre Nephila (vue de dos, de profil et d'en dessous)
Araignée du genre Nephila (vue de dos, de profil et d'en dessous)


Chenille à poils blancsNous croisons par la suite une chenille couverte de poils blancs sur la partie ventrale aux motifs et couleurs originales sur le reste du corps. Un peu plus loin, un agrion bleu ciel gracieux cousin des libellules se laisse photographier de très prêt. Le premier papillon que nous observons est un Precis radama.Couple de papillons Precis radama Papillon commun sur l'île, le radama arbore une couleur bleue vive avec deux ocelles ou tâches circulaires colorées sur la partie inférieure des ailes. Dans la végétation qui nous entoure, une plante attire notre regard. Chaque pied ne possède qu'une ou deux fleurs dontAgrion sur chaume de graminée la longueur dépasse dix centimètres. Les corolles blanches en forme de trompette sont veinées de violet et abritent cinq étamines orange vif. Il pourrait s'agir du lis de Formose (Lilium formosanum), plante considérée comme envahissante.

Lis de Formose (Lilium formosum)
Lis de Formose (Lilium formosanum) ?

 

Vendeurs d'oiseaux cardinals sur le bord de la route Vendeuse d'oiseaux cardinals et inséparables sur le bord de la route
Vendeurs d'oiseaux cardinals (Foudia madagascariensis) et inséparables à tête grise (Agapornis canus) sur le bord de la route


Nous reprenons notre chemin. La route serpente au milieu des rizières en terrasses. Le riz ou Oryza sativa, graminée originaire d'Asie, joue un rôle primordial dans la culture malgache. C'est l'aliment de base de la population. La plante a besoin d'être inondée pour pousser convenablement. Les rizières irriguées sont les plus répandues que ce soit dans les plaines ou dans les vallées. Pour retenir l'eau malgré la pente, les terres sont aménagées en terrasses entourées de diguettes.

Plaine rizicole d'Ambohibary Gerbes déposées en ligne à terre après la moisson
Plaine rizicole d'Ambohibary Gerbes déposées en ligne à terre après la moisson


L'activité bat son plein dans les champs au moment de notre passage. Nous sommes en pleine saison de récolte du riz. Les pieds arrivés à maturité sont fauchés à l'aide d'une serpette puis transportés par charrette à zébus, à vélo ou à dos d'homme vers les lieux de battage.

Retour des champs
Retour des champs


Nous arrivons à Anstirabe en fin d'après-midi. Cette ville thermale surnommée la "Vichy malgache" est située à 1500m d'altitude dans une cuvette entourée de volcans. Avant de rejoindre notre hôtel, nous décidons de nous rendre au lac Andraikiba localisé à l'Ouest de la ville en direction de Betafo. L'endroit est paisible mais un peu étrange. L'ambiance y est quelque peu lugubre à cause d'installations nautiques abandonnées et des collines déboisées qui entourent l'étendue d'eau. De nombreux stands proposent aux visiteurs minéraux, fossiles, pierres précieuses et semi-précieuses. La région d'Antsirabe est riche en sites géologiques remarquables.

Crépuscule sur le lac Andraikiba
Crépuscule sur le lac Andraikiba


Le soleil couché, nous rejoignons Antsirabe et nous installons au Green Park Hotel, dans un sympathique bungalow construit au milieu d'un jardin luxuriant. Pour le dîner, nous choisissons le restaurant Les Agapes dans le centre ville. L'endroit est plutôt impersonnel et sans charme, mais la cuisine y est bonne. Nous rentrons ensuite directement à l'hôtel nous reposer. A Madagascar les gens se couchent tôt (la nuit tombant à 18h), par conséquent il n'y a pas grand-chose à faire le soir.


Etape suivante : lac Tritriva, Antsirabe, route jusqu'à Ambositra
Etape précédente : visite d'Antananarivo

Écrit par Steph,  Mercredi 20 Janvier 2010 Catégorie : De Tana à Tuléar
 

Commentaires  

 
# vers Antsirabe 17-06-2013 11:56
Bonjour, merci pour votre récit de voyage, j'ai déjà vu aussi ces petits objets de souvenirs tout au long de la route vers Antsirabe lors de mon dernier voyage sur l'île, c'était sont si jolis, ils sont vraiment si doués avec ces matériaux de récupération. Je les admire beaucoup.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir


© Les textes, photographies et vidéos du site sont protégés par des droits d'auteur. Ils sont la propriété de Stéphane Clerc et Cyrille Cornu.
Pour toute utilisation, nous faire une demande à contact@mada-voyage-nature.com.

Animé par Joomla!. Designed by: Free Joomla Theme, web hosting. Valid XHTML and CSS.

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs   Carnets de voyage - Blogs de voyage - Uniterre